Génération Gymnique d'AllauchBabyGym - Trampoline - Gymnastique Rythmique

Le Trampoline...

La Gymnastique Rythmique

La gymnastique rythmique (GR), anciennement appelée gymnastique rythmique et sportive (GRS) jusqu'en 1998, est une discipline sportive à composante artistique, principalement féminine, utilisant plusieurs engins d'adresse. En compétition, chaque prestation est notée selon la chorégraphie, l'adresse et le degré de difficulté. Les gymnastes peuvent évoluer individuellement ou en ensemble de 5 gymnastes (pour les groupes de niveau national).

Origines de la GRS

C'est dans les années 1940, au sein des clubs de l'ex-URSS, que se développa ce sport.
En 1948, le premier championnat national soviétique fut organisé à Moscou.
Un an plus tard, la Fédération internationale de gymnastique homologue officiellement la GRS, en tant que sport de compétition chez les femmes.
En 1963, les premiers Championnats du Monde de "Gymnastique Moderne" attirent à Budapest, 28 athlètes représentant une dizaine de pays.
En 1983, la France accueille, pour la première fois, les Championnats du Monde à Strasbourg.
La discipline devient olympique l'année suivante lors des Jeux olympiques d'été de 1984. Elle l'est devenue pour les ensembles aux Jeux olympiques d'été de 1996.

Engins utilisés

Cinq engins sont utilisés par les gymnastes dans leur enchainement : la corde, le cerceau, le ballon, les massues et le ruban, qui doivent continuellement être maniés par la gymnaste. Parfois il peut aussi y avoir des enchainements individuels ou en groupe (Division Fédérale Esthétique,DFE) en main-libre. Durant l'enchainement, les différentes gymnastes changent d'engins entre elles, par des "échanges", ce qui est indispensable dans un groupe de plus de deux gymnastes. Un groupe peut avoir une, ou plusieurs sortes d'engins. Cela diffère en fonction de la catégorie.

Composition

Un enchainement de gymnastique rythmique peut être réalisé individuellement, en duo, ou en équipe de 4 à 6 gymnastes. Il doit durer entre 1 minute 45 et 2 minutes 15 pour les CEE (Championnat par Equipes d'Etablissement) et les Excellence N2, et entre 2 minutes et 2 minutes 30 pour les Excellence N1; et être accompagné de musique. La durée de la composition est différente selon les catégories : en fédéral benjamine, le palier minimum est de 1 min 15.
Chaque enchainement est noté de la manière suivante : la note finale est donnée par la note d'Exécution ajoutée à la moyenne arithmétique des notes d'Artistique et de Difficulté . Les notes n'ont pas de maximum et le nombre de points varie selon le nombre de passages, d'enchainements réalisés, donc du niveau.

Difficultés (ex Valeur Technique)

Une chorégraphie doit contenir des difficultés qui sont répertoriés dans 4 catégories :
  • les sauts
  • les pivots
  • les équilibres
  • les souplesses et ondes (éléments nécessitant une grande souplesse de la gymnaste).
Chaque famille d'éléments techniques (aussi appelée groupe corporel) doit être représentée de manière équilibrée. Chaque engin possédant un groupe corporel dominant qui doit être mis en valeur dans la chorégraphie.
Chaque élément technique (aussi appelé difficulté) possède une valeur particulière : difficultés A pour les plus simples jusqu'à I ou J parfois réalisées lors des grands championnats. À chaque difficulté est attribué un nombre de points lorsqu'elle est correctement réalisée (0,10 pour les difficultés A, 0,20 pour les B, etc.). Au début de la compétition, chaque gymnaste ou ensemble doit remplir une fiche de composition où figurent toutes les difficultés qu'elle (il) réalisera lors de son passage, la totalité des points de Difficulté ne pouvant dépasser 10 points. (⇒ ce paragraphe ne concerne que les gymnaste FFG et non les UFOLEP)

Exemples

Equilibres : Ils peuvent être effectués debout (maintien sur une jambe et sur demi-pointe) ou au sol (maintien sur un genou). Un équilibre doit-être nettement maintenu. Il existe également plusieurs sortes d'équilibres : en retiré, sur le côté, attitude, arabesque…
Pivots : Il s'agit de tourner sur une jambe et sur demi-pointes, et de faire au minimum un tour. Les pivots ont les mêmes noms que les équilibres : en retiré, sur le côté, attitude, arabesque, cosaque…
Souplesses : Insérés dans l'enchaînement selon les capacités de la gymnaste, on peut voir des grands écarts, des ondes (cambré), des souplesses avant ou arrière… Le niveau des souplesses doit être contrôlé selon le niveau (difficultés et souplesses classées par groupes A, B, C et D)Dans certaines catégories, des souplesses trop fréquentes dans l'enchainement peuvent retirer des points.
Sauts : La gymnaste effectue une figure en l'air. Il existe plusieurs sortes de sauts : enjambé, 1 ou 2 boucle, carpé, cabriole, cosaque, biche, saut ciseau, saut groupé … Ils sont en général précédés de deux pas chassé ou d'un pied d'appel.

Artistique (ex Valeur Artistique)

Musique : La musique possède une valeur de 10% de la note d'Artistique (soit 1 point de la note d'Artistique). La gymnaste doit absolument être accompagnée de musique lors de son passage devant le jury. Les musiques utilisées doivent être instrumentales, elles peuvent cependant contenir des voix mais seulement lorsqu'elles sont utilisées comme instruments (sans mots). Le manque de relation entre la musique et la chorégraphie est sévèrement pénalisé.
Chorégraphie :
La chorégraphie de la gymnaste doit être aussi variée que possible, c'est-à-dire utiliser les changements de niveau, d'énergie, de direction, et mettre en œuvre tous les groupes corporels et maniements possibles (mouvement en huit, circumductions, lancers, échappés, roulés, etc.). Mains gauche et droite doivent posséder un travail équilibré. Les mouvements acrobatiques autres que roulades, roues et souplesses avant ou arrière sont proscrits. 
La cohésion générale et la variété de la chorégraphie sont notées sur 2 points du total d'artistique.
Exécution : L'Exécution est très importante car elle détermine la moitié de la note finale de la gymnaste. Cette partie représente les fautes commises par la gymnaste, c’est-à-dire par exemple les chutes d'engin et les déplacements de la gymnaste, maniement incorrect de l'engin (ballon griffé, altération du dessin du ruban, etc.), technique corporelle incorrecte (pointes, bras ou jambes non tendus, perte d'équilibre, synchronisation…).